AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 The British Blues Boom "An Oral Story" part 1-2-3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: The British Blues Boom "An Oral Story" part 1-2-3   Mar 14 Déc à 16:54



Dans les années 50, Lonnie Donegan, né à Glasgow en écosse fut l’un des plus grand vendeur de disque en Angleterre.
Lonnie Donnegan représentais en fait, une des rares alternatives à la musique de variétés sirupeuse que la BBC diffusait à longueur de journée.
Il créa un style de musique typiquement British « le skiffle »,une sorte de mixture englobant toutes ses influences qui sont d’ailleurs principalement américaine : Jazz New Orleans, country Western et folk blues.
En 1956, il forme son premier groupe sérieux en compagnie de Chris Barber, l’un des premiers jazzman anglais à s’intéresser au Blues.
A écoutez "I've Got Rocks In My Bed" 61 et « Harmonica Blues » 1962, une composition signé Donnegan / Barber
Chris Barber et Lonnie Donegan sont donc les premiers musiciens anglais a voir intégré le blues dans leur répertoire. Dès la fin des années 50.

Alexis Korner & Cyril Davies sont également deux pionniers injustement oubliés de l’histoire du Blues en Angleterre…


ALEXIS KORNER

Né à Paris en 1928 d’un père autrichien et d’une mère gréco-turc, Alexis Korner s’était établi en Angleterre à la veille de la seconde guerre mondiale. Il apprends la musique classique, puis se passionne pour le jazz.
En 1949, il entre comme pianiste dans l’orchestre de Chris Barber où il découvre le skiffle et le blues.

Quant à Cyril Davies, il voit le jour en 1932 à Denham, il apprend la guitare et le banjo dés son plus jeune age, puis il fonde avec quelques passionnés de musique folklorique « le london skiffle center » dans un pub de Soho appelé le Roundhouse.

Après avoir assuré avec succès la promotion du Blues Afro-Américain puis fondé leur propre orchestre, fin 62 les première divergence musicales apparaissent entre les 2 hommes, ils n’ont déjà plus la même conception du blues…

Sous la houlette de Korner, le Blues Incorporated devient le premier groupe anglais à jouer du Blues électrique comme à Chicago, alors que le Cyril Davies R & B all Stars entendait pour sa part perpétuer les traditions du country Blues.
Cette querelle entre puriste n’empêchera pas Alexis Korner et Cyril Davies de devenir de véritable pionniers du blues Anglais, ni leurs deux orchestre d’être le tremplin pour un grand nombre de musiciens.



Ainsi, le Blues Incorporated comptait parmi ses fidèles : Mick Jagger, Brian Jones et Charlie Watts (futur Rolling Stones), Ginger Baker & Jack Bruce (futur Cream) et même Eric Burdon (futur chanteur des Animals)
Tandis que du côté de Cyril Davies, on trouve déjà le pianiste Nicky Hopkins (futur musiciens de studio qui jouera avec à peu près tous le monde kinks, who, stones) et le fabuleux guitariste Bernie Watson (Futur 1er guitariste des Bluesbreakers de John Mayall)

Tous ce petits monde se retrouvaient pour taper le bœuf tous les soirs au Healing Club tenu par Alexis Korner ou bien il se donnait rendez-vous au Marquee, un autre club majeure tenu par Chris Barber.
A écoutez :l'instrumental mythique « Country Line Suite » enregistré en 1962 et « Sweet Mary » sorti en 63 , 2 fantastiques singles qui résume parfaitement ce qu’était le Cyril Davies R & B All Stars à son apogée …

Le 7 janvier 1964 Cyril Davies meurt des suite d’une leucémie, il est remplacé au pied levé par Long John Baldry, mais la magie n’opère plus et le groupe se sépare peu de temps après.
Heureusement, la relève est là, dans l’ombre un certain Brian Jones attends son heure…



C’est en juillet 1962, que les Rolling Stones trouvent leur nom à partir d’une chanson de Muddy Waters intitulé « Rollin’ Stone Blues » et qu’ils présentent leur premier spectacle au Marquee Club de Londres.
Le groupe est alors composé de Mick Jagger au chant, Keith Richards et Brian Jones aux guitares, Dick Taylor à la basse, Mick Avory à la batterie et Ian Stewart au Piano.
Les Débuts sont difficiles, ils jouent dans de nombreux club de la ville, ou de la banlieue de Londres, pour un bouchée de pain.
A la fin de cette année 62, le bassiste Dick Taylor (Pretty Things) jette l’éponge et cède sa place à Bill Wyman.
En Janvier, c’est au tour de Charlie Watts de remplacer Mick Avory (Kinks) à la Batterie.
Le répertoire des stones à cette époque est composé uniquement de reprise Rythm & Blues qu’il exécutent dans la plus pure tradition.
Ecoutez : "Cops & Robbers","I'm A King Bee", "Confessin' the Blues", "Honest I Do"...

En 1963 à Londres, dans le sillage des Rolling Stones, apparaisse une multitude de nouveau groupe Rythm & Blues…



Commençons par les Yardbirds, le premier groupe sérieux du guitariste Eric Clapton.
Eric Patrick Clapton est né le 30 mars 1945 à Ripley, dans le Surrey
Il s’achète sa première guitare sèche à 16 ans et découvre les bluesman afro-Américains.
A peine plus âgé, il apprends aussi par cœur un disque de Chuck Berry, ce qui lui permet d’entrer dans son premier groupe amateur : les Rooster, en Mars 1963.
Il joue avec eux jusqu’aux moi d’octobre de la même année puis lorsque le groupe se dissout, rejoint Casey Jones & The Engineers en même temps que Tom McGuiness, mais cette nouvelle association ne dure que le mois.
Clapton entre alors dans les Yardbirds son premier groupe professionnel.
Déjà à cette époque, Eric Clapton se révèle déjà comme un guitariste d’exception.
En témoigne « Baby What’s Wrong » et « Boom Boom » les 2 premières demo réaliser par les Yardbirds avec le participation de GOD
En décembre 63, les Yardbirds accompagne Sonny Boy Williamson sur la scène du Crawdaddy…l’une des toute première fois où un groupe de jeune Blanc se frotte à une légende du blues.



On retrouve la même hargne, le même amour pour le Blues chez les Irlandais.
Prenons les THEM, premier groupe historique du chanteur, compositeur Van Morrison.
Pendant les séances d’enregistrement, Il paraît qu’a chaque fois que le groupe passait au morceau suivant, un membre du groupe devait être remplacé par un musicien de studio… le guitariste Jimmy Page n’étais jamais très loin, toujours prets à intervenir...
la furieuse reprise de « Baby Please Don’t Go » ou l'excellent "Here Comes The Night" représentent à merveille le travaille de session man de Jimmy Page pour les them en 64



Avant que l’aventure de Led Zeppelin ne commence, Jimmy Page à connu une fructueuse carrière de Session Man…
Même si toutes ses interventions ne sont pas exceptionnel, Jimmy Page aura profité de cette période pour mettre en œuvre certains éléments qu’ils utilisera plus tard avec Led Zeppelin.


Dernière édition par le Jeu 30 Déc à 10:03, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
bucheron rocker
Giga bavard


Nombre de messages : 929
Localisation : Dans ma chambre
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: The British Blues Boom "An Oral Story" part 1-2-3   Jeu 16 Déc à 11:27

Et alvin Lee et les Ten Years After???

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: The British Blues Boom "An Oral Story" Part 2   Jeu 16 Déc à 12:08



Steve Winwood fut sans conteste l’une des plus grande voix du Rythm & blues britannique des années 60-70.
Né le 12/05/48 près de Birmingham, cet admirateur de Ray Charles, BB King et Sonny Boy Williamson, apprend le piano, l’orgue et la guitare dés son plus jeune âge.
Début 60, Steve Winwood forme d’abord avec son frère Muff « le Muff Woody Jazz Band » son premier groupe amateur.
Ensuite toujours accompagné par son frère, il intègre le Spencer Davis Group fin 1963.
Malgré son jeune âge, 15 ans à l’époque, Winwood développe rapidement des talents de compositeurs indéniable, Il écrit pratiquement tous les succès du quatuor.



Les Pretty Things se forment en 63 autour du premier guitariste des Rolling Stones, Dick Taylor et du chanteur-harmoniciste Phil May.
Ils recrutent également le bassiste John Stax, le guitariste Brian Pendleton et le batteur Viv Andrews.
Ils choisissent leur nom d’après le « Pretty Things » de Bo Didley.
Dans un premier temps, comme tout les autres groupe r & b, ils écument les clubs et pubs de Londres.
Les concerts des Pretty Things sont directs, instinctifs, bruts, élégants, et frénétiques… une sauvagerie carrément impossible à retranscrire fidèlement en studio !



Formé à Newcastle en 63 par le chanteur-harmoniciste Eric Victor Burdon et l’organiste Alan Price, les Animals d’origine comprenait aussi le bassiste Chas Chandler (futur manager de Jimi Hendrix), le guitariste Hilton Valentine et le batteur John Steel.
Tout comme les Rolling Stones, les Animals reprennent les grands Bluesman et rocker Américain…
Repéré par le légendaire producteur Mickey Most, les Animals enregistre leur premier succès « Baby Let Me Take You Home » en mars 1964, en juin, le second « The House Of The Rising Sun » devient l’un des plus grands titre de l’histoire du Rock…



Manfred Man tournera avec plusieurs formations jusqu'en juin 1969. le groupe est composé par Paul Jones chanteur-Harmoniciste, Manfred Mann au claviers, Mike Vickers à la guitare, Tom Mc Guiness à la basse et Mike Hugg à la batterie.
Leur gros succès "5-4-3-2-1" qui sera repris comme générique du show "Ready, Steady, Go" obtiendra une bonne place dans les charts en 1964. Jack Bruce tiendra la basse après le départ de Vickers et de Mc Guiness. On retrouvera P. Jones et T. Mc Guiness au sein du Blues Band.



En 1964, Zoot Money, de son vrai nom George Bruno, forme son premier combo de R'n'B et obtient un certain succès dans le circuit des clubs. Il rencontre le guitariste Andy Summers (oui... celui de Police) et forme le Big Roll Band.
Ils enregistrent leur premier album "At Klook's Kleek" en 1966.
A mi-chemin entre Graham Bond et James Brown, ces précurseurs de la Soul anglaise, vétus de tenues extravagantes, méritent d'être redécouverts aujourd'hui



Peu de gens savent que le chanteur Rod Stewart faisait partie de la scène Rythm & Blues britannique dés le début des années 60.
Rod The Mod commence sa carrière de chanteur avec les Hoochie Koochie Man de Long John Baldry, ensuite il rejoint Steampacket qui réunit Julie Driscoll, Brian Auger et Mickey Waller.
En 1968 il rejoint le Jeff Beck group, qui comprend le guitariste Jeff Beck, le bassiste Ron Wood et le pianiste Nicky Hopkins.
Ensemble, ils gravent les indispensables « Truth » en 68 et « Beck Ola » en 69…



C’est en 1963 que Tonny Mc Phee découvre le Blues en allant écouté tous les soir le Cyril Davis R & B All Stars au Marquee de Londres.
Il décide de former un groupe de Blues, qu’il baptise « Groundhogs » nom tiré d’un album de John Lee Hooker.
Les Hogs deviennent rapidement le groupe d’accompagnement de nombreux Bluesman Américain quand ceux-ci se déplace en Europe.
Ils enregistrent même un album complet avec leur héros, John Lee Hooker, un album magnifique réédité sous le titre « Hooker & The Hogs »



On se souvient souvent de Ten Years After pour sa prestation au festival de Woodstock, vous vous souvenez certainement de « I’m Going Home », le morceau le plus célèbre du groupe de Nottingham.

Ten Years After est un des rares groupes à avoir eu toujours le même personnel, à savoir : Alvin lee à la guitare, Leo Lyons à la basse, Ric Lee au claviers et Chick Churchill à la batterie.
Le premier album studio du groupe intitulé simplement Ten Years After sort chez Decca en 1967.
Très imprégné par le Blues traditionnel mais aussi par le rock et le Jazz, ce premier album dévoile surtout la virtuosité très particulière du guitariste.



Injustement méconnu ou complètement oublié, Davy Graham fut l’un des grands maître de la guitare acoustique dans les sixties…
Il aura une influence majeure sur le travail de Jimmy Page ou de Paul Simon pour ne citer qu’eux...
Toujours en avance sur son temps, Davy Graham fut le premier à tenter le mélange Folk, jazz, Blues et musique orientale…
Son deuxième album paru en 1964« Folk, Blues & Beyond » témoigne à merveille de l’éclectisme de ce guitariste pas comme les autres…


Dernière édition par le Jeu 30 Déc à 10:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
bucheron rocker
Giga bavard


Nombre de messages : 929
Localisation : Dans ma chambre
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: The British Blues Boom "An Oral Story" part 1-2-3   Jeu 16 Déc à 12:13

merci!!!

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: The British Blues Boom "An Oral Story" Part 3   Jeu 16 Déc à 12:23



Le chanteur Long John Baldry, née à Londres le 12 janvier 1941 fut l’une des figures majeures du British Blues.
Grand habitué de la Roundhouse ou de Marquee Club, il chante d’abord avec le Blue Incorporated d’Alexis Korner, avant d’être choisit début 64
pour remplacer l’harmoniciste Cyril Davis, décéder inopinément des suites d’une leucémie foudroyante.
En 1965, Le Cyril Davies R&B All-stars se transforment en Long John Baldry & the Hoochie Koochie Men et grave dans la foulé « Long John Blues » un des premiers disque majeure du British Blues.
Le groupe est alors composé de Jeff Bradford à la guitare, Ian Armitt au piano, Cliff Barton à la basse, Bill Law à la batterie et un certain Rod Stewart au Banjo.
Signalons également la présence non crédité du guitariste Jimmy Page sur certains titre…



En Juillet 1967, Peter Green décide de quitter définitivement les Bluesbreakers pour formé son propre groupe : le Fleetwood Mac Blues Band. On retrouve au sein de cette première mouture le batteur Mick Fleetwood, le slide guitariste Jeremy Spencer et le bassiste Bob Brunning qui sera vite remplacé par John Mc Vie.

Après le succès du groupe au Festival de Windsor, le producteur Mike Vernon réussit à convaincre Peter Green de le rejoindre sur son nouveau Label : Blue Horizons
Le premier album simplement intitulé Fleetwood Mac va connaître un succès énorme, se classera dans le top 5 anglais…une performance incroyable pour un disque de Blues…



Tout comme Fleetwood Mac, Chicken Shack comprenait également d’excellents instrumentistes.
Révélé au festival de Windsor, Chicken Shack est le second groupe signé par Mike Vernon pour son nouveau label Blue Horizons.
Outre la chanteuse Chistine Perfect, qui allait devenir membre de Fleetwood Mac et épouser John Mc Vie, on trouve le guitariste Stan Webb, le bassiste Andy Sylvester, le batteur Dave Bidwell et une section de cuivre torride dans laquelle on remarque le saxophoniste Johnny Almond.

Rival de Fleetwood Mac et Savoy Brown « La Baraque à poule » disparaît en 1970 quand ses musiciens trahissent Stan Webb pour rejoindre Savoy Brown.
Un sale coup quand on pense que le groupe venait enfin d’obtenir son plus grand succès avec « I’d Rather Go Blind » une reprise sublime d’Etta James



Très apprécié en Amérique, Les Savoy Brown ne réussirent jamais vraiment à s’imposer chez eux en grande Bretagne.
Pourtant jusqu’au début des seventies et malgré d’incessants changements de musiciens, le groupe fondé par Kim Simmonds enregistra d’excellents album Bluesy. à l’image de « Getting To The Point » enregistré en 1968 et « Blue Matter » sorti début 69



Formé à la fin des sixties, le Climax Chicago blues band est composé de Colin Cooper au chant, Peter Haycock à la guitare, Arthur Wood aux claviers, Derek Holt à la basse et George Newsome à la batterie.
Avant que le groupe vire hard rock , Ils enregistrent dès 69 leur premier album, "Climax Chicago Blues Band" bourré d’excellentes reprise comme mean old world de T Bone Walker ou don’t start me talking de Sonny Boy Willimason , mais curieusement c’est avec « And Lonely » une composition originale qu’il impressionne le plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The British Blues Boom "An Oral Story" part 1-2-3   Aujourd'hui à 18:37

Revenir en haut Aller en bas
 
The British Blues Boom "An Oral Story" part 1-2-3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emission Tv ARTE (tracks) "British Blues Boom Reload..."
» British Blues explosion, ce soir sur Arte
» British Blues Boom
» "Police Dog Test": de quoi ficher le blues à vos guitares !!
» Springfield Little Theatre presents "The Buddy Holly Story"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Blues et Rock'n'Roll :: Artistes...-
Sauter vers: