AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LED ZEPPELIN story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: LED ZEPPELIN story   Jeu 23 Déc à 8:31




C’est Jimmy Page qui est à l’origine de la formation de Led Zeppelin. Depuis 1963, Jimmy est le guitariste de sessions le plus demandé d’Angleterre. On peut l’entendre sur un nombre incalculable d’albums et de singles, par exemple de Neil Christian, Kinks, Pretty Things, Creation, Davy Jones, Joe Cocker, Rod Stewart...



Jimmy a également marqué de son empreinte “I can’t explain” des Who, “Baby please don’t go” et “Gloria” de Them.
En février 65, il avait refusé de rejoindre les Yardbirds après le départ d’Eric Clapton. Et c’est lui qui leur avait conseillé d’embaucher Jeff Beck, avec le succès que l’on sait.



Pourtant, au cours de l’été 66, Jimmy change d’avis et accepte le poste, modeste pour lui, de bassiste des Yardbirds en remplacement de Paul Samwell-Smith. Peu de temps après, le départ de Jeff Beck le laisse seul aux commandes, et c’est là qu’il expérimente ce qui va devenir le son Led Zeppelin...



En juillet 68, après un ultime concert au Lutton College of Technology, les Yardbirds se séparent définitivement. Jimmy Page, qui a hérité du nom du groupe, se voit alors dans l’obligation d’honorer plusieurs contrats passés en Scandinavie. Pour ce faire, il recrute le bassiste, clavier et arrangeur John Paul Jones, ainsi que deux quasi inconnus, le batteur John Bonham et le chanteur Robert Plant.
Ce choix ne doit rien au hasard, car au-delà de cette mini-tournée Yardbirds, Jimmy Page a bien l’intention de poursuivre l’expérience en jouant cette fois sa propre musique.

La tournée scandinave de Jimmy Page et de son nouveau groupe s’effectue sous le nom de New Yardbirds. De retour en Angleterre, les New Yardbirds deviennent Led Zeppelin, c’est-à-dire le ballon dirigeable, sur une idée de Keith Moon, le batteur des Who...

Led Zeppelin fait ses débuts officiels le 15 octobre 68, à l’Université du Surrey, mais les affiches prennent bien soin de mentionner “ex-Yardbirds”, histoire de ne pas totalement couper les ponts avec un passé encore récent.

Le manager de Led Zeppelin, Peter Grant, un ancien catcheur, doublure de cinéma à ses heures, parvient à les faire signer sur le prestigieux label américain Atlantic et, en décembre 68, le groupe part pour les Etats-Unis où il tourne en première partie de Vanilla Fudge et de MC5.
Profitant d’une pause, ils enregistrent leur premier album en un temps record (30h).



Intitulé simplement "Led Zeppelin", ce premier album paraît en mars 69 et grimpe immédiatement jusqu’à la dizième place du hit-parade américain. Heavy-metal dynamite à l’instrumentation précise et vertigineuse, blues lourd, mais aussi musique à la façon de l’Incredible String Band, telles sont les directions que Jimmy Page a définies pour son “Dirigeable”. Et dès son premier essai, il a atteint son but de façon magistrale.

Durant l’été 69, Led Zeppelin triomphent au festival de Newport. En octobre, ils entament une nouvelle tournée américaine par un concert au Carnegie Hall, un événement exceptionnel puisque la célèbre salle new-yorkaise était interdite de rock & roll depuis une prestation sulfureuse des Rolling Stones, cinq ans auparavant.



Dans la foulée, le groupe publie déjà son deuxième album, "Led Zeppelin II", qui bat tous les records de vente et se classe n°1 des deux côtés de l’Atlantique.
Il contient le premier hymne du heavy-metal, l’extraordinaire “Whole lotta love”, largement inspiré par un titre de Willie Dixon, “You need love”.

En un an et deux albums, Led Zeppelin est passé de l’anonymat à la légende : il est alors temps de prendre du recul et tout le monde se retrouve au Pays de Galles, au cottage de Bron-Y-Aur, pour l’enregistrement d’un troisième album au son nettement plus acoustique



"Led Zeppelin III" paraît en novembre 70. Ce disque fortement empreint de folklore britannique montre que Jimmy Page et les siens savent dépasser les clichés du hard, où se perdront d’ailleurs certains de leurs rivaux comme Deep Purple ou Black Sabbath.

En seulement deux ans et trois albums, Led Zeppelin s'est imposé comme un monument incontournable de la rock music.



"Led Zeppelin IV" paraît en novembre 71. Sur un fond musical encore plus violent, à l'image de “Black dog” et de “Rock ‘n’ roll”, se retrouvent mêlés le mysticisme hippie et un certain goût pour les sciences occultes dont Jimmy Page est un fervent adepte.
Le morceau de bravoure de “Led Zeppelin IV”, c’est bien sûr “Stairway to Heaven” qui, du fait de sa longueur, ne sortira jamais en single mais restera le titre le plus diffusé sur les radios américaines pendant de longues années.

Fin 1973, Peter Grant révèle au Financial Times que Led Zeppelin a gagné plus de 30 millions de dollars au cours de l’année, rien qu’en tournées et en concerts.



Entre temps, en avril, Led Zep avait déjà publié son cinquième album, “House Of The Holy”, encore plus varié que le précédent. On y côtoie du rock très dur, du reggae, de la soul et des ballades folk. Pour la première fois peut-être, les fans sont divisés : il y a ceux qui adorent et il y a ceux qui boudent. Mais les ventes, elles, se portent toujours très bien.



Au cours de l’année 74, Led Zeppelin travaillent au montage d’un film consacré à leur dernière tournée américaine. Ils peaufinent aussi un nouvel album qui sera double et dont ils veulent faire leur chef-d'œuvre.
Ce monument, “Physical Graffitti”, paraît en mars 75 et il est bien difficile d’en d’isoler un titre. Le single sera “Trampled under foot”, mais il faut citer aussi “In my time of dying” et bien sûr le formidable “Kashmir”, composé par Page et Plant en plein désert mauritanien.

Peu de temps après la sortie de “Physical graffiti”, plusieurs événements viennent ralentir les activités de Led Zeppelin. Il y a d’abord le grave accident de voiture dont Robert Plant est victime en Grèce ; puis c’est John Paul Jones qui se brise la main avant que le trop excessif John Bonham ne se retrouve couvert de points de suture après une bagarre. Durant cette période d’inactivité forcée, le groupe émigre au Etats-Unis pour échapper au fisc anglais.



“Presence” sort en avril 76. C’est un de leurs disques les plus controversés, même s’il marque un certain retour à l’équilibre, à la sérénité. La violence y est toujours présente, mais elle est plus subtile et contenue, maîtrisée à l’extrême.



En octobre 76, Led Zeppelin propose “The Song Remain The Same”, un film et un double album enregistrés lors d’un concert donné au Madison Square Garden de New York trois ans plus tôt.

Puis, en 77, le “Dirigeable” est à nouveau frappé de plein fouet, cette fois à la suite du décès de Karac, le fils de Robert Plant. Le choc est rude et Led Zeppelin ne remontera sur scène qu’en août 79, à l’occasion du festival de Knebworth, où ils donnent la primeur de leur nouvel album, “In Through The Out Door”, qui sort le mois suivant.



Le dernier concert de Led Zeppelin a lieu au Palais des Glaces de Berlin-Ouest, le 7 juillet 1980. Et le groupe disparaît avec la dernière tragédie qui le frappe, la mort de son batteur, John “Bonzo” Bonham, le 25 septembre à Windsor.

Après quelques hésitations, après avoir envisagé de faire appel à un autre batteur, les trois musiciens survivants décident finalement de ne pas continuer sans Bonzo. Ils l’annoncent officiellement le 4 décembre 80.



En novembre 82, un ultime album baptisé “Coda” rassemble leurs derniers titres studio inédits et met un point final à l’histoire de Led Zeppelin.


Dernière édition par le Jeu 30 Déc à 9:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
???????
Bavard


Nombre de messages : 76
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Jeu 23 Déc à 9:59

Je ne t'ai pas remercié pour la qualité de toutes tes bio. Je le fais ici. Beau travail. thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vleb
Super bavard


Nombre de messages : 164
Localisation : Paris 15
Date d'inscription : 01/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Jeu 23 Déc à 12:28

A noter que Robert Plant a découvert Rainer Ptacek alors qu'ils étaient tous les deux invités d'une émissions sur la BBC. Robert Plant, fort impressionné par Rainer, a enregistré avec lui, en formule duo chant (Plant) et guitare slide (Rainer) plusieurs titres publiés sous la forme de "B sides". Il y a notamment une reprise de "Wholla lotta love" assez impressionnante...allez, je vous aime bien, Kdo de Noël : le morceau est là : http://vleblues.free.fr/sounds/

Robert Plant et Jimmy Page ont également participés à l'album "Inner Flame", en soutient à Rainer, en enregistrant une reprise dudit Rainer...

Quoi ?? Monomaniaque, moi ??? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vleblues.free.fr
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: A list of some of the songs LedZep stole from other artists:   Ven 24 Déc à 12:44

"Babe I'm Gonna Leave You" - A folk song by Anne Bredon, this was originally credited as "traditional, arranged by Jimmy Page," then "words and music by Jimmy Page," and then, following legal action, "Bredon/Page/Plant."

"Black Mountain Side" - uncredited version of a traditional folk tune previously recorded by Bert Jansch.

"Bring It On Home" - the first section is an uncredited cover of the Willie Dixon tune (as performed by the imposter Sonny Boy Williamson).

"Communication Breakdown" - apparently derived from Eddie Cochran's "Nervous Breakdown."

"Custard Pie" - uncredited cover of Bukka White's "Shake 'Em On Down," with lyrics from Sleepy John Estes's "Drop Down Daddy."

"Dazed And Confused" - uncredited cover of the Jake Holmes song (see The Above Ground Sound Of Jake Holmes).

"Hats Off To (Roy) Harper" - uncredited version of Bukka White's "Shake 'Em On Down."

"How Many More Times" - Part one is an uncredited cover of the Howlin' Wolf song (available on numerous compilations). Part two is an uncredited cover of Albert King's "The Hunter."

"In My Time Of Dying" - uncredited cover of the traditional song (as heard on Bob Dylan's debut).

"The Lemon Song" - uncredited cover of Howlin' Wolf's "Killing Floor" - Wolf's publisher sued Zeppelin in the early 70's and settled out of court.

"Moby Dick" - written and first recorded by Sleepy John Estes under the title "The Girl I Love," and later covered by Bobby Parker.

"Nobody's Fault But Mine" - uncredited cover of the Blind Willie Johnson blues.

"Since I've Been Lovin' You" - lyrics are the same as Moby Grape's "Never," though the music isn't similar.

"Stairway To Heaven" - the main guitar line is apparently from "Taurus" by Spirit.

"White Summer" - uncredited cover of Davey Graham's "She Moved Through The Fair."

"Whole Lotta Love" - lyrics are from the Willie Dixon blues "You Need Love."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
DirtyPool
Supra bavard


Nombre de messages : 204
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Ven 24 Déc à 12:53

Shocked Shocked Shocked

Stairway, Since I've been loving you et Babe I'm gonna leave you sont des reprises???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bouly
Giga bavard


Nombre de messages : 744
Age : 38
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Ven 24 Déc à 12:59

C'est pas grave ça reste quand même un vrai bonheure de les écouter. Wink

" Hé Bonzo ! pour moi tu seras toujours le meilleur ! "

Wink

_________________

Oranger Fou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.guitariste.com/forums/amplification,tout-sur-les-ampl
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Ven 24 Déc à 13:17

Et oui...

LED ZEPPELIN à souffert énormément devant les tribunaux... Sad

Ils ne créditaient jamais personne... Evil or Very Mad

soit ils reprennaient des compositions d'autres artistes et changaient le titre, soit ils s'inspiraient clairement de leur musique... Confused

écoute aussi "Come On Children" (dispo sur le 1er album/Decca) des Small Faces...du pur LED ZEPPELIN déjà en 1967, incroyable !!!?


Dernière édition par le Sam 25 Déc à 16:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: LED ZEP SITE   Ven 24 Déc à 14:21

Les influences de Led Zep...
http://www.rock6070.com/ledzepp.html

Jimmy Page Complete Sessions...
http://members.tripod.com/rant58/id331.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
DirtyPool
Supra bavard


Nombre de messages : 204
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Sam 25 Déc à 0:11

Bah ca va au moins au niveau musical, c'est sûr que c'est inspiré mais généralement ya quand même une grosse couche de changement dans les arrangements du pere page... Par exemble, stairway n'a somme tte pas beaucoup de ressemblance avec taurus et babe I'm gonna leave you idem avec l'originale, ya pas photo.

Cela dit la repompe de paroles c'est autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Willie Dixon   Sam 25 Déc à 15:41

Généralement les problèmes d'emprunts concernent surtout la musique.

Avec "Whole Lotta Love", c'est surtout les paroles qui ont été repiquées à "You Need Love" de Willie Dixon...

Si on en croit l'histoire du rock, Willie Dixon se trouvait chez son barbier quand le titre de Led Zeppelin passa à la radio. Au bout de quelques secondes, le barbier en question fait remarquer à son client qu'il s'agissait d'une de ses chansons. A sa grande surprise, Dixon repondit que non, avant d'aller prendre quelque renseignements sur les interprètes.
Satisfait d'apprendre qu'il s'agissait d'un groupe en devenir, il choisit d'attendre quelque années avant d'aller réclamer son dû...

Après quelques années de procédures, tout le monde finit par s'arranger et Willie Dixon est certainement un des plus grand fan du groupe depuis...

Vers la fin d'une tournée de Cream dans la Mishigan, lors d'un jour de relache, Eric Clapton décida de se rendre, seul, dans la banlieue de Chicago.

Il appuie sur une sonnette d'un modeste pavillon...un colosse noire ouvre la porte. Willie Dixon, ancien boxeur, véritable pillier du légendaire label Chess, est sidéré de voir planté là Clapton en personne, tenue Baba et cheveux frisés, une mallette à la main.

"Ce sont vos droits d'auteur pour notre reprise de "Spoonful" lui annonce laconniquement la guitariste".

La valise est rempli à ras bord de dollar. La plus belle somme qu'ai jamais touché Willie Dixon de toute sa vie, de quoi le mettre à l'abri du besoin pendant des mois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Ven 7 Jan à 15:56

Voici l'adresse d'un site où l'on peut se rendre compte des différentes influences de Led Zep...

http://www.rock6070.com/indexinspire.html

Bonne Ecoute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
bucheron rocker
Giga bavard


Nombre de messages : 929
Localisation : Dans ma chambre
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Ven 7 Jan à 19:10

Ben moi, je me fais encore chié de temps en temps à esayé de jouer correctement l'arpèges de "Starway to heaven"!!

Mr.Red Laughing Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
centaur
Super bavard


Nombre de messages : 108
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 05/01/2005

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Sam 8 Jan à 16:29

Très bel historique du groupe !

Chapeau bas monsieur cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psicoblues
Super mega bavard


Nombre de messages : 1362
Age : 38
Localisation : PsicoLand
Date d'inscription : 10/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Dim 6 Mar à 11:49

bloomers a écrit:
. On peut l’entendre sur un nombre incalculable d’albums et de singles, par exemple de Kinks
Donc c'est bien lui qu'on entend sur 'You Really Got Me"?

bloomers a écrit:

où se perdront d’ailleurs certains de leurs rivaux comme Deep Purple ou Black Sabbath.

Pourquoi dit tu ça?
jusqu'au départ de Blackmore, Deep Purple sont restés très bon dans leur domaine et BlackSabbath sont resté fidèle à heu même(dans la période 70').

et dire qu'un groupe s'enfonce en restant dans le même style(c'est ce que tu veu dire, je pense), bah je ne suis pas d'accord avec toi et je dirais que je vais suivre plus un groupe qui reste fidèle à eux même (sans ce recyclé) qu'un groupe qui change suivant le courant muisicale du moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
strat63
Giga bavard


Nombre de messages : 691
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Dim 6 Mar à 12:48

psicoblues a écrit:
bloomers a écrit:
. On peut l’entendre sur un nombre incalculable d’albums et de singles, par exemple de Kinks
Donc c'est bien lui qu'on entend sur 'You Really Got Me"?

bloomers a écrit:

où se perdront d’ailleurs certains de leurs rivaux comme Deep Purple ou Black Sabbath.

Pourquoi dit tu ça?
jusqu'au départ de Blackmore, Deep Purple sont restés très bon dans leur domaine et BlackSabbath sont resté fidèle à heu même(dans la période 70').

et dire qu'un groupe s'enfonce en restant dans le même style(c'est ce que tu veu dire, je pense), bah je ne suis pas d'accord avec toi et je dirais que je vais suivre plus un groupe qui reste fidèle à eux même (sans ce recyclé) qu'un groupe qui change suivant le courant muisicale du moment.


Evoluer musicalement n'a rien à voir avec le fait de suivre ou non un courant ou une mode musicale du moment.
Il n'est pas question de se fourvoyer mais d'évoluer.
Tu remarqueras que tous ces groupes qui n'ont pas su faire avancer leurs musiques ont fini de la même manière.
La musique peut parfois être très redondante si tu ne la fais pas évoluer... Et ca lasse, même les fans. Wink


Dernière édition par le Dim 6 Mar à 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vintage_tof
Supra bavard


Nombre de messages : 248
Localisation : Boulogne-sur-mer
Date d'inscription : 25/01/2005

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Dim 6 Mar à 13:29

en tant que fan de Led Zep je n'aurais qu'une chose à dire: thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Dim 6 Mar à 16:00

psicoblues a écrit:
Donc c'est bien lui qu'on entend sur 'You Really Got Me"?

Sur 'You Really Got Me"?, je n'en suis pas sûr à 100%, il reste toujours des doutes...

Août 1964 – Kinks : You Really Got Me/It's All.
SP Pye 7N 15673.

La légende veut que, lorsque le producteur Shel Talmy vint produire la séance de "You Really Got Me", il emmena avec lui Jimmy Page et divers autres musiciens (dont Bobby Graham à la batterie et Perry Ford au piano) et les utilisa plutôt que les vrais instrumentistes des Kinks. Ray Davies précise : "Non, la prise de "You Really Got Me" qui fut finalement publiée était la troisième. Il existait déjà une version maquette avec Dave à la guitare solo, une deuxième où il se peut que ce soit Jimmy Page [qui existe toujours dans les archives Pye] et une troisième où c'est définitivement Dave qui joue. Je le sais parce que je me tenais à côté de lui quand il l'a jouée. C'est celle-là qui a été éditée". Par contre, Bobby Graham remplace bien Mick Avory, le batteur.

Source : Jukebox

jusqu'au départ de Blackmore, Deep Purple sont restés très bon dans leur domaine et BlackSabbath sont resté fidèle à heu même(dans la période 70').

et dire qu'un groupe s'enfonce en restant dans le même style(c'est ce que tu veu dire, je pense), bah je ne suis pas d'accord avec toi et je dirais que je vais suivre plus un groupe qui reste fidèle à eux même (sans ce recyclé) qu'un groupe qui change suivant le courant musicale du moment.[/quote]

C'est un point de vue global...une critique objective...Strat explique bien pourquoi... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
psicoblues
Super mega bavard


Nombre de messages : 1362
Age : 38
Localisation : PsicoLand
Date d'inscription : 10/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Dim 6 Mar à 21:32

Merci pour la précision sur les Kinks thumleft

Je n'ai pas vu l'explication de Strat Confused
c'est sur quel topic,
merci Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psicoblues
Super mega bavard


Nombre de messages : 1362
Age : 38
Localisation : PsicoLand
Date d'inscription : 10/12/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Lun 7 Mar à 2:51

strat63 a écrit:
La musique peut parfois être très redondante si tu ne la fais pas évoluer... Et ca lasse, même les fans. Wink
le meilleur contre exemple: AC/DC Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
strat63
Giga bavard


Nombre de messages : 691
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Lun 7 Mar à 11:55

Il y a des contre exemples dans toute choses.
Ca n'en demeure pas moins des exeptions. Il existe bien plus d'exemples de groupes tombé dans l'oubli pour n'avoir pas su faire évoluer leur musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bluesbreakers
Newbi


Nombre de messages : 6
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Jeu 1 Mai à 17:34

Jimmy Page est à mes yeux un très grand guitariste de Blues. Il a un feeling absolument incroyable dès qu'il s'y colle. J'adore ce mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LED ZEPPELIN story   Aujourd'hui à 7:53

Revenir en haut Aller en bas
 
LED ZEPPELIN story
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anvil ! The story of Anvil !
» Secret Story 4
» [TV] La folie Tokio Hotel dévoilée dans Top Story
» Brecker's brothers story
» West Side Story suite de Leonard Bernstein

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Blues et Rock'n'Roll :: Artistes...-
Sauter vers: