AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ray Charles : The Genius Story part 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Ray Charles : The Genius Story part 1   Mer 9 Mar à 12:08



Ray Charles Robinson est né le 23 septembre 1930 à Albany, en Georgie, dans un milieu très modeste : son père, Bailey, est manœuvre et sa mère, Aretha, fait des lessives.
Ray passe la majeure partie de son enfance et de son adolescence à Greenville, en Floride.

A l’âge de cinq ans, le jeune Ray Charles assiste impuissant à la noyade de son petit frère George, qui s'amusait dans un tonneau empli d'eau. Peu de temps après, sans qu’on puisse dire avec certitude qu’il y ait une relation de cause à effet, il commence à perdre la vue. Sa famille est trop pauvre pour consulter un spécialiste et à sept ans, Ray Charles est complètement aveugle. Plus tard, les médecins diagnostiqueront un glaucome, mais la preuve formelle n’en sera jamais établie.

Ray Charles a dix ans lorsque son père meurt. On le place dans une école spécialisée où il apprend le Braille et où il étudie la musique : d’abord le piano, puis la clarinette et le saxophone alto. Il suit également des cours de composition et d’arrangement.

Ray Charles a quinze ans lorsque sa mère disparaît à son tour, le laissant orphelin. Il gardera de cette femme un souvenir très précis tout au long de sa vie, ce qu'il confirmait quand on lui demandait quelles images il gardait de l'époque où il voyait encore.

Après la mort de sa mère, Ray Charles quitte l’école et se rend à Jacksonville, en Floride, bien décidé à vivre de la musique. Dans un premier temps, il rejoint un orchestre de hillbilly, les Florida Playboys, puis le groupe du bluesman Lowell Fulson.
En 1947, pour faire progresser sa carrière, il décide de quitter le Sud. Mais il ne sait pas trop où aller. Pour se décider, il demande à un ami de lui trouver sur la carte le point le plus éloigné de la Floride qui soit encore sur le territoire des Etats-Unis. Et c’est ainsi qu’il débarque à Seattle, avec 600 dollars en poche.

A Seattle, Ray trouve un engagement au club "Rockin’ Chair" où son style vocal, très proche de celui de Nat "King" Cole et de Charles Brown, lui attire les faveurs du public mais le laisse insatisfait.

Décidé à développer son propre style, Ray forme un groupe, le McSon Trio et il signe chez Downbeat, un petit label de Los Angeles. Le McSon Trio enregistre un premier 78-tours en 1949 : “Confession blues”.
Il est malheureusement réalisé pendant une grève des musiciens. La plupart continuent de travailler, truquant les dates des sessions ou utilisant de faux noms pour ne pas avoir d’ennuis avec les syndicats. Mais pas Ray Charles, encore trop naïf. Il est condamné à une amende de plusieurs centaines de dollars qui le laisse provisoirement sur la paille.

Ray obtient un premier succès rhythm & blues en 1951 avec “Baby let me hold your hand”. Alors qu'il se produisait sous le nom de R.C. Robinson, il décide de se présenter uniquement sous ses deux prénoms, Ray Charles, pour éviter toute confusion avec le boxeur Ray Sugar Robinson.
En 1952, son contrat est racheté par Atlantic. Il laisse alors définitivement tomber l’héritage Nat “King” Cole pour proposer un style musical tout à fait personnel, fondé sur les techniques du gospel auxquelles il adapte le langage du blues.
Ce style nouveau influencera les chanteurs soul des Sixties comme Marvin Gaye ou Stevie Wonder, mais aussi des Blancs comme Mick Jagger, Eric Burdon, Joe Cocker et Rod Stewart.
La première séance d’enregistrement de Ray Charles pour Atlantic a lieu dans un studio de radio où il est obligé de s’interrompre tous les quarts d’heure pour laisser la place aux bulletins des informations régionales.
C’est entre deux de ces coupures qu’il parvient à enregistrer ce qui devient son premier grand succès : “I got a woman”, qui atteint tous les publics au début de 1955.

“I got a woman” a été inspiré à Ray Charles par un gospel, “My Jesus is all the world to me”, dont il a réécrit les paroles.
Cela suffit pour faire scandale. De nombreuses voix s’élèvent pour lui reprocher d’avoir profané la musique sacrée. Le bluesman Big Bill Broonzy est en colère : “Ray Charles mêle le blues au negro-spiritual et il a tort”, dit-il. “Il possède une très bonne voix. Seulement, il devrait plutôt l’utiliser pour chanter dans les églises”.
Cela n'empêche pas Ray Charles de continuer à classer des titres dans les charts rhythm & blues.
En 1956, il obtient deux nouveaux succès avec “Lonely Avenue” et surtout “Hallelujah I love her so”.

En 1957, Ray Charles décide d'embaucher un trio féminin, les Cookies, qu'il rebaptise très vite les Raeletts.

Sur scène, Ray Charles s'investit totalement dans sa musique. Il vit réellement ses chansons et se démène comme un beau diable, scandant le rythme de tout son corps.

Tous ces gestes que Ray fait inconsciemment sont en tout cas bien utiles pour ses musiciens, les batteurs notamment qui calquent leur rythme sur celui de ses mouvements d'épaules ou de ses battements de pied.

En 1959, “What’d I say” marque un tournant important dans la carrière de Ray Charles. C’est son premier titre classé dans le Top 10 américain et son premier grand succès auprès du public blanc. Il nous raconte comment il a “inventé” cette chanson.

"What'd I say est né à l’époque où nous jouions dans les dancings, dans ce qu’on appelle les 'dance halls'. Un soir, on s’est retrouvés à court de chansons alors qu’il nous fallait tenir une heure. J’ai dit aux musiciens : 'Vous me suivez', et j’ai dit aux choristes : 'Tout ce que je raconte, vous le répétez'. On a attaqué et tout le monde s’est mis à danser. Ils étaient comme des fous. Plus tard, j’ai appelé ma maison de disques, Atlantic, et je leur ai raconté toute l’affaire : la chanson, la folie qu’elle déclenchait. Ils m’ont demandé de rentrer pour l’enregistrer, et c’est ce que j’ai fait. Tu vois, c’est une histoire très simple."

Il y a pourtant une ombre au tableau. La polémique qui avait accompagné “I got a woman” rebondit, et pour la même raison – c'est-à-dire une atteinte au caractère sacré du gospel -, “What’d I say” est interdit sur de nombreuses stations de radio américaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
Pepete



Nombre de messages : 2799
Age : 29
Localisation : Moon
Date d'inscription : 27/11/2004

MessageSujet: Re: Ray Charles : The Genius Story part 1   Mer 9 Mar à 13:52

Encore une magnfique bio thumright en plus je suis fana de Ray Charles !!!


Quelle vie !!!! Shocked Crying or Very sad

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MisterClean



Nombre de messages : 2530
Localisation : Austin Texas!!!
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: Ray Charles : The Genius Story part 1   Mer 9 Mar à 20:48

Belle bio............et je conseil encore une fois à tous d'aller voir le film "RAY"............ Cool Wink

_________________
Jouer du blues,ouai,tout est dans les doigts........

http://www.chicken-bone.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicken-bone.fr
Redhouse
Super bavard


Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: Ray Charles : The Genius Story part 1   Mar 4 Oct à 0:16

édité


Dernière édition par le Dim 18 Déc à 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fenderguitars.probb.fr
yotuwan
Giga bavard


Nombre de messages : 502
Localisation : pas très loin d'une guitare
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Ray Charles : The Genius Story part 1   Mar 4 Oct à 8:39

comme MisterClean je le redis regarder le film RAY qui est tout simplement magnifique...

c'est vrai que ray charles c'est quelqun d'énorme qu'il faut absolument connaitre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ray Charles : The Genius Story part 1   Aujourd'hui à 15:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Ray Charles : The Genius Story part 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ray Charles : The Genius Sings The Blues (1961)
» Ray Charles
» L'Homme de Nulle Part (Nowhere Man)
» Retour de chez RF Charles
» Anvil ! The story of Anvil !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Blues et Rock'n'Roll :: Artistes...-
Sauter vers: