AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 BLUE BOY KING aka B.B. KING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bloomers
Mega bavard


Nombre de messages : 458
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: BLUE BOY KING aka B.B. KING   Dim 12 Déc à 22:04

L’histoire de Riley B King débute le 16 septembre 1925 à Itta Bene, près d'Indianola, dans le delta du Mississippi.
Alors que Riley n'a que quatre ans, son père quitte le foyer.
Sa mère part alors vivre avec un autre homme à l'est du Delta.
Mais, ne pouvant assumer l'éducation de Riley, elle le confie régulièrement à sa grand-mère.
Les deux femmes sont très croyantes, Elles poussent Riley à suivre chaque dimanche la messe du père Archie Fair, une prêtre qui chante du Gospel tout en s’accompagnant d’ une guitare pendant l'office..
Riley, fasciné, trouve là, sa première influence musicale.

En 1935, la mère de Riley meurt, alors qu'il n'a que 9 ans. Il vivra chez sa grand mère jusqu'à ce qu'elle décède en 1940.
A l'âge de 16 ans, il fonde son premier groupe de gospel tout en travaillant comme paysan et s'achète bientôt avec son premier salaire (2,50$) sa première guitare acoustique.

En 1943, il part pour Indianola en quête d'un meilleur travail, avec le projet au fond de lui même de créer un meilleur groupe de chant.
Riley travaille dans la plantation de Johnson Barrett, où il conduit un tracteur.
Parallèlement, il chante dans un nouveau groupe: "The Famous St. John's Gospel Singers" qui, comme son nom l'indique, chante principalement dans les églises, et dans lequel Riley joue souvent de la guitare.
A cette même époque, Riley joue aussi du blues le samedi soir au coin des rues d'Indianola; blues qu'il avait appris auprès de son cousin Bukka White, un bluesman de Memphis.

En homme avisé, Riley remarque qu'en utilisant son salaire quotidien pour voyager à travers les autres villes du Delta, il pourrait doubler voire tripler son argent en jouant du blues.
Ses profits et ses contacts avec d'autres bluesmen du Delta l'éloignent ainsi musicalement du gospel.

En 1944, alors qu'il est appelé à faire son service militaire, Johnson Barrett, non désireux de perdre un conducteur de tracteur expérimenté, lui suggère de se marier afin d'être exempté. Et c'est ainsi que Riley épouse sa première femme, Martha Denton, le 11 novembre 1944.
Riley cherche aussi à convaincre son groupe de gospel de quitter Indianola à la recherche de la gloire et de la fortune.
Mais, il lui apparaît bientôt que s'il veut faire carrière dans la musique, il devra le faire seul. La décision tombe une nuit de mai 1946 en revenant des champs avec son tracteur.
Il quitte incognito son travail et sa femme et; avec 2,50$ en poche, fait de l'auto-stop avec sa guitare jusqu'à à Memphis, à la recherche de son cousin Bukka White.

Il retrouve Bukka White, qui lui enseignera tout l'art du blues.
Riley améliore son jeu et profite de sessions improvisées avec d'autres bluesmen rencontrés à Memphis. Puis, subitement, il prend conscience que sa carrière musicale ne va nulle part.

En 1947, il retourne travailler sur les terres de Johnson Barrett. A la fin de la saison 1948, il a gagné assez d'argent pour payer toutes ses dettes, en conduisant un tracteur et en jouant de la guitare au coin des rues.
Cette fois, bien déterminé à réussir dans la musique, il revient à Memphis et demande à Sonny Boy Williamson qui anime une émission de blues à la radio KWEM s'il peut jouer une chanson dans son émission.

Le succès est immédiat: la station est submergée d'appels, ce qui lui permet de jouer en concert face à un public au "Miss Annie's Saloon".
Puis B.B. tente sa chance auprès de WDIA, une des premières radios où tout le personnel est noir. Là encore, Riley demande s'il peut enregistrer un disque.
Surpris par cette demande, le patron de la radio a l'idée de le faire jouer dans un spot publicitaire de 10 min pour le soda Pepticon: "King's spot".
Grâce à sa popularité, la station radio le promeut DJ.

Riley a désormais sa propre émission: "the Sepia Swing Club" où il passe des disques d'artistes noirs, joue de la guitare et chante selon les demandes des auditeurs.
Il ne lui manque plus qu'on surnom accrocheur: "Beale Street Blues Boy," puis "Blues Boy King," pour finalement le raccourcir en "B.B. King."

La popularité grandissante de B.B. l'amène rapidement à enregistrer ses premiers disques dès 1949, comme B.B. Boogie. B.B. est déjà populaire aux alentours de Memphis et se donne régulièrement en concert.
Malheureusement, il reste inconnu dans le reste du pays. C'est pourquoi, il se dote d'un manager, Robert Henry, un riche commerçant de Beale Street.

En 1949, tandis que B.B. joue sur scène dans l'Arkansas, une bagarre éclate entre deux hommes qui renversent un bidon de kérosène, mettant ainsi le feu à la salle.
B.B. en se précipitant en dehors de la salle se rend compte qu'il a oublié sa guitare à l'intérieur et court la récupérer de justesse.
Lorsqu'il apprendra plus tard que la bagarre était au sujet d'une femme, Lucille, il décidera d'appeler ainsi sa guitare et toutes celles qui suivront.

1952: B.B se classe N°1 des charts avec « Three O'Clock Blues » et reçoit enfin la reconnaissance nationale en tant que bluesman.
Il décroche un contrat avec Universal Artists qui lui permet de jouer dans tous les Etats-Unis, y compris dans les salles les plus prestigieuses.
Mais le succès fulgurant a aussi un revers de la médaille, et la même année, sa femme demande le divorce. Bien que brisé, B.B écrira « Woke Up This Morning ».

La 2ème moitié des 50's est une mauvaise période pour B.B. qui, à cause de sa couleur de peau, peine à atteindre un très large public, même si le rock'n'roll grandissant voit l'émergence d'artistes noirs comme Chuck Berry.

En 1958, "Big Red", le bus de B.B et son groupe, utilisé pour les tournées, heurte un camion-citerne qui prend feu.
Par miracle, personne dans le bus n'est blessé, ni les musiciens, ni B.B. absent du voyage ce jour-là, mais les deux hommes du camion meurent dans le crash.
Cet accident occasionnera plusieurs années de dette. B.B. achète un nouveau bus, "Titan", qui marque une transition dans sa carrière.

En 1965, grâce au magnifique 33 tours « Live At The Regal », il est désormais reconnu comme artiste majeur
il épouse sa seconde femme, Sue Hall, le 4 juin 1958. Malheureusement, comme pour son premier mariage, ses absences prolongées amènent rapidement la rupture. B.B. et Sue divorcent en 1966.
Et de nouveau, B.B. répond en enregistrant son plus gros tube à ce jour:
« The Thrill Is Gone ».

Il repart en tournée dans des boîtes de jazz ou des salles de concerts telles que le Fillmore East. En 1967, B.B. joue au célèbre Festival Jazz de Montreux. En 1969, il fait même sa première apparition à la télévision dans le "Tonight Show".

Nous sommes en 1970, et cela fait maintenant plus de vingt ans que BB King est dans le métier.
Son Problème majeure, c’est de renouveler sa musique à chaque album, mais sans la dénaturer, ce qui relève de l’exploit.
Pour l’aider dans sa démarche, ABC Records décide alors de l’associer à des musiciens de rocks blancs.
En effet pour l’album « Indianola Mississipi Seeds », produit par Bill Szymczyk (James Gang), il collabore avec musiciens qui n’ont rien à voir avec le monde du blues : Carole King, Leon Russell, Joe Walsh ou Hugh McCracken…

Echauder par le succès des sessions de Howlin’ Wolf en Angleterre un an plus tôt.
BB King se retrouve à Londres, pour enregistré en compagnie des plus grandes Stars du Blues Anglais, l’album « BB King In London »…
Les invités sont prestigieux, on trouve entre autre, Alexis Korner, Peter Green (Fleetwood Mac), Steve Marriott (Humble Pie), Gary Wright (Spooky Tooth) ou encore Richard Wright (Pink Floyd)…

En 1972 pour les albums « LA Midnight » et « Guess Who » BB King collabore avec le gratin des musiciens de Los Angeles…
En effet, On le retrouve en autre avec le guitariste Cornell Dupree, le bassiste Gerald Gemmot et le batteur Bernard Purdie…rien de moins que les accompagnateurs habituels d’ Aretha Franklin ou Wilson Pickett…

Le succès de ces albums de collaboration encourage BB King à poursuivre dans cette voie : il continu d’explorer son côté soul avec Stevie Wonder, s’essaye au Jazz avec les Crusaders, avant de retrouvé le Blues le plus pur le temps de deux albums avec son ami, le chanteur Bobby Bland « Together for The First time »

Parallèlement BB King s’emploie à élargir son public en jouant sur les scènes du monde entier. A ce jour, BB King s’est produit dans 56 pays, il est notamment le premier Bluesman à avoir joué dans l’ancienne URSS.
Dans les (difficiles)années 80, BB King continue de travailler dans un rythme effréné, enregistrant 6 albums, il fait aussi quelques apparitions au cinéma, mais l’essentiel de son temps, il le passe sur la route, à raison de 275 concerts par an.

BB King aborde les années 90, plus populaire que jamais. Désormais tout le monde se l’arrache, il enchaîne les hommages et les récompenses…
Encore Maintenant, BB King continu de publier des disques et de tourner dans le monde entier, c’est bien la preuve que le Blues conserve !

Longue vie au Roi….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueslegends.forumactif.com
MisterClean



Nombre de messages : 2530
Localisation : Austin Texas!!!
Date d'inscription : 28/11/2004

MessageSujet: Re: BLUE BOY KING aka B.B. KING   Dim 12 Déc à 22:04

Meme remarque,désolé.... Wink

_________________
Jouer du blues,ouai,tout est dans les doigts........

http://www.chicken-bone.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicken-bone.fr
 
BLUE BOY KING aka B.B. KING
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Albert King : Blues For Elvis - King Does The King's Thing (1970)
» (VENDUE) VENDS GUITAR RECORDING KING ROS 627
» Ben E. King - Stand By Me
» Freddie King : Getting Ready... (1971)
» Regal, Republic, Busker, MM,... ou Recording King?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Blues et Rock'n'Roll :: Artistes...-
Sauter vers: